Stève OHANDJA, Chercheur à l’URPOSSOC, revient sur la Conférence : « La paranoïa dans les Relations Internationales » du Prof. Guy MVELLE, délivrée à l’Université de Dschang, le 11 mai 2022

Le Prof. Guy MVELLE a présenté « La paranoïa dans les Relations Internationales ». Un thème de réflexion faisant écho à l’actualité qui a drainé de nombreuses personnes du monde universitaire. Mais surtout, un thème de réflexion stimulant et peu discuté, présentant pourtant des perspectives enrichissantes pour la science politique en général et pour les Relations internationales en particulier. La Conférence qui a débutée à 14 heures a été ponctuée par trois grands moments. 

Le premier moment a été l’exposé du Prof. Guy MVELLE sur ce qu’il entend par la « paranoïa » dans les relations internationales. L’on apprend par exemple que la paranoïa ne renvoie ni à la folie ni à la schizophrénie, mais bien plutôt à une construction exagérée et une appréciation démesurée par les Etats, de ce que sont les menaces qui pèsent sur leur survie et leur sécurité ; menaces quelquefois plus imaginaires que réelles. Il invite à dépasser les paradigmes ultra rationalistes qui localisent, balisent et réduisent sentencieusement les guerres entre Etats aux seules logiques objectivistes et matérialistes ; puis, il propose une grille de lecture qui prend en compte les facteurs psychologiques dans la compréhension des relations internationales à « l’ombre de la guerre ». Le Prof. Guy MVELLE dans sa démarche dialectique, pose les fondements théoriques de son argument et met en lumière les trajectoires empiriques de cette paranoïa sur la scène internationale. Il estime qu’il faut repenser les causes profondes des guerres entre États, en critiquant les schémas classiques de la rationalité et de la cohérence décisionnelle des dirigeants étatiques en tant que facteurs structurants des conflits.

Il suggère de considérer le fait psychologique comme une variable pertinente de compréhension desdits conflits. Il note qu’il y a une « surestimation du danger » ou une « exagération des menaces » qui malheureusement souvent, conduisent les États dans un cycle de dilemme de sécurité.

Quelques exemples sont observables dans l’escalade nucléaire sans éventualité de guerre, la course aux armements les plus sophistiqués et les plus dévastateurs sans probabilité d’attaques, les expéditions militaires sur fond de menaces fantasmées et magnifiées. Autant d’exemples qui renforcent la pertinence des facteurs psychologiques dans les expériences du conflit aujourd’hui.

Le second moment a été celui des échanges avec l’auditoire, sous la modération du Prof. Franck EBOGO. Un moment riche avec de nombreuses questions posées, qui prouvent que la thématique du jour suscite un vif intérêt. Le conférencier a ainsi invité les uns et autres à se saisir de cette problématique pour produire des recherches et enrichir les analyses sur la polémologie.

Le troisième moment enfin a été marqué le mot de fin du Prof. Joseph KEUTCHEU, qui n’a pas manqué de souligner le fait que l’UPOSSOC continue de se positionner comme un espace de partages des connaissances entre les chercheurs des sciences sociales. Ce 11ème Séminaire s’est achevé autour de 17 heures, avec une séance de photos à l’esplanade de la Salle des spectacles, avec un sentiment de satisfecit total, et en rendez-vous, la 12ème seance des « Mercredi de l’URPOSSOC » en fin mai 2022.

Stève Arnaud OHANDJA, Chercheur en Science politique, URPOSSOC, mai 2022.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Nguelifack Vijilin Cairtou dit :

    Ce fut un réel plaisir scientifique de nous abreuver à la source mamellaires d’un tel savoir torrentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search