Retrouvez l’intégralité de la communication du Prof. Guy MVELLE, présentée lors du dernier Mercredi de l’URPOSSOC, Université de Dschang

LA PARANOIA DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES

Guy Mvelle

Professeur de relations internationales

Secrétaire général de l’Université de Dschang-CMR guymvelle@gmail.com

Tel: 237 696 941 793

Téléchargez le fichier complet en cliquant ici

 

 

INTRODUCTION

  • Constat général: Les rapports entre Etats sont caractérisés par une méfiance excessive ou une grande suspicion à l’égard des menaces, des persécutions ou des complots réels ou imaginaires.
  • Les Etats, grands ou petits, en période de paix ou pendant des grands troubles, manifestent une méfiance à l’égard de leur voisinage immédiat ou vis-à-vis d’Etats lointains alors même que les conditions matérielles ne favorisent aucune atteinte à leur survie.
  • Cette méfiance excessive ou une grande suspicion entraîne la mobilisation d’énormes moyens militaires, une occupation des territoires, une violation des souverainetés des Etats, et l’échec de toutes tentatives de médiations au profit d’un règlement pacifique de la crise ou du conflit. Et la stabilité internationale en est fortement affectée

Les explications selon les Anciens

  • Machiavel (1469-1527): Le désir d’acquérir est sans doute une chose ordinaire et naturelle ; et quiconque s’y livre, quand il en a les moyens, en est plutôt loué que blâmé;
  • L’homme qui a l’administration d’un Etat dans ses mains doit toujours penser à l’intérêt de l’Etat;
  • La raison d’exister d’un Etat repose sur la défense de ses intérêts;
  • La seule ou au moins la principale motivation qui pousse les Etats à nouer les relations entre eux ou à engager des conquêtes est la recherche de l’intérêt;
  • Les Etats sont ainsi des monstres froids qui n’ont ni amis, ni ennemis, uniquement des intérêts nationaux à défendre.
  • Les relations entre les Etats seraient faites d’intérêts et d’amoralisme, avec pour but l’acquisition des territoires et de leurs ressources
  • Une politique de pragmatisme autorise le prince peut contourner les règles, faire le mal si c’est nécessaire, et s’adapter aux circonstances environnantes (Fortuna).
  • Si les circonstances correspondent à un contexte d’insécurité, de menaces, d’agression, il est normal qu’un homme d’Etat utilise tous les moyens pour assurer sa survie. Pour Machiavel l’humain est fondamentalement mauvais: D’où l’importante place de la guerre dans sa pensée politique.
  • La recherche de la survie devient alors le socle de l’action de l’Etat et aide à définir l’intérêt national: priorité sur laquelle repose l’action d’un gouvernement à un moment donné.
  • Pensée reprise par Thomas Hobbes (1588-1679): L’homme est un loup pour l’homme

Les contemporains

  • Reprise de la représentation pessimiste de l’être humain: être fondamentalement mauvais/ construction de la politique internationale de l’Etat autour de la recherche de la survie face à des Etats prédateurs, agresseurs, envieux…
  • Hans J. Morgenthau (1904-1980):L’Etat ne poursuit qu’un seul objectif, l’intérêt national défini en termes de puissance= une puissance au service de sa survie= perpétuation de l’idée que l’Etat est en danger dans ses rapports avec les autres Etats= trois types de politiques extérieures : une politique du statu quo destinée à conserver sa puissance ; une politique d’impérialisme destinée à augmenter sa puissance ; et une politique de prestige destinée à afficher sa puissance.
  • La recherche de la puissance en tant qu’objectif de politique étrangère reste la position dominante du courant réaliste pour peu que les hommes d’Etats prennent conscience de l’utilité de cette puissance.
  • Les libéraux et les néo-libéraux ont repris la problématique de l’intérêt national comme mobile principal des actions des Etats dans les relations internationales basé sur la protection des libertés individuelles et des intérêts des individus.
  • Pour les constructivistes les intérêts des Etats ont pour source les identités des Etats, c’est-à-dire « la représentation que les Etats se font d’eux-mêmes et d’autrui, du système international, et de leur propre place, ainsi que celle des autres, au sein du système international » (Alexandre Wendt ).

Les limites de la pensée dominante des RI

  • L’intérêt national, la sécurité et les identités semblent suffire pour les théoriciens occidentaux pour expliquer la furie qu’ont les grandes puissances dans leurs conquêtes des territoires et l’usage d’armements les plus sophistiqués les unes contre les autres.
  • Tous accordent une rationalité aux décideurs politiques et créditent leurs actions d’un bien fondé nécessaire pour les peuples.
  • Or: Si l’intérêt national est tant la raison ultime des engagements des Etats dans les RI, pourquoi les nations belliqueuses ne procèdent-elles pas par l’influence, qui est moins couteuse, empêche toute cette débauche d’énergie militaire, mais peut permettre d’atteindre les mêmes résultats?
  • Pourquoi ne pas procéder par une stratégie consistant à conquérir les esprits et réduire la violence qui détruit tout à son passage malgré l’illusion de guerre propre?
  • Pourquoi ne pas mobiliser le soft power pour mieux défendre l’intérêt national, les identités, et la sécurité?
  • La paranoïa semble mieux adaptée pour expliquer ces comportements de peur et de haine, de méfiance excessive ou une grande suspicion, qui habitent les grandes puissances, et qui les poussent à brutaliser les autres Etats par la mobilisation d’un impressionnant arsenal militaire.
  • La méfiance excessive ou une grande suspicion à l’égard des menaces, des persécutions ou complots imaginaires est aussi importante sinon plus que la rationalité que l’on attribue aux décideurs et qui les pousserait à engager des actions couteuses sous prétexte d’assurer la survie de leur nation.

La paranoïa

  • Dans la paranoïa l’intelligence fonctionne bien contrairement à ce que pensent certains au sujet des dirigeants pouvant être qualifiés de paranoïaques et qui auraient des fonctions mentales altérées;
  • Le « parano » agit contre l’esprit, contre la logique, et contre l’intelligence;
  • La parano subvertit l’esprit, l’intelligence et la logique, et se situe dans une perspective manichéenne qui divise le monde entre les « bons » et les « mauvais », ces derniers lorsqu’ils ont ses faveurs, sont considérés comme des résistants à l’asservissement, à l’aliénation, et deviennent des boucs émissaires.
  • Dotée d’une personnalité psychique rigide, il est très défensif avec des positions agressives très développées. Habité d’un sentiment d’être persécuté, il peut présenter des délires cohérents et convaincants, sans détérioration intellectuelle et durable.

PROBLEMATIQUE

  • Question: En partant de l’idée que de nombreux conflits et guerres sur la scène internationale découlent d’une méfiance excessive à l’égard de menaces imaginaires, comment se manifeste la paranoïa dans les rapports entre Etats?
  • Quelles sont les conséquences de la paranoïa dans les rapports entre les Etats?
  • Peut-on mettre un terme à la paranoïa dans les relations internationales? Si oui à travers quel mécanisme?

APPROCHE THEORIQUE

  • Thucydide (460-395 av. JC): La guerre qui oppose Athènes à Sparte était bien davantage influencée par des facteurs psychologiques- la peur- et des erreurs de perception- images stéréotypées de l’ennemi que par des calculs rationnels (Meur et Legendre, 2013)
  • Approche cognitive (R. Jervis, L. Festinger, L. Janis, etc.): Il faut prendre en considération le poids des perceptions dans la vie internationale, la difficulté humaine à supporter des informations ambiguës, la place des misperceptions sur les désirs, les craintes et le stress qui déterminent la politique internationale.
  • L. Janis: L’être humain est un être passionnel qui ne voit pas ce qu’il attend voir, mais ce qu’il désire ou craint de voir…Ceci impose la prise en compte des mécanismes psychologiques dans le processus de prise de décision et l’importance des facteurs immatériels dans la vie internationale.
  • Approche idéaliste: Importance de la dimension humaine dans les relations internationales, par opposition aux approches réaliste et néolibérale qui travaillent sur les faits matériels et proposent une analyse objectiviste, rationnelle en termes de sécurité, de puissance, d’intérêt national, etc.
  • S. Hoffmann (1968): L’analyse du système international a quelque chose de squelettique, nous n’apprenons rien à propos des muscles, du sang et des nerfs.
  • Objectif de la communication: montrer que ce ne sont pas toujours les facteurs objectifs en tant que tels qui comptent dans la vie internationale, mais aussi les facteurs psychologiques qui caractérisent les hommes au pouvoir et peuvent entrainer des « violences passionnelles » au-delà de toute considération matérielle de sécurité et de survie.

HYPOTHESE ET PLAN

  • La vie internationale n’est pas seulement constituée de faits matériels, elle est aussi rythmée par les passions, les peurs justifiées ou non, le stress et les angoisses de ceux qui décident pour leurs peuples.
  • Hypothèses: Il y a une mise en scène théorique de la paranoïa constituée par des facteurs psychologiques caractérisant les hommes au pouvoir. Ceci a pour conséquence de nombreuses violences parfois injustifiées dans les relations internationales.
  • Plan:     

I/ Une mise en scène théorique de la paranoïa

II/ Une mise en pratique de la paranoïa

Conclusion: Toutes les guerres sont-elles issues de la paranoïa?

I/ La mise en scène théorique de la paranoïa

L’analyse consiste ici à disséquer les éléments théoriques de la paranoïa et de les projeter dans les relations entre les Etats, grands et petits. L’on s’appesantira particulièrement sur :

1) La méfiance excessive ou la grande suspicion

2) Les menaces ou les persécutions à l’égard desquelles se focalise l’Etat ou le dirigeant paranoïaque

3) Le caractère réel ou imaginaire des menaces ou des persécutions

4) Les délires cohérents et convaincants de l’Etat ou du dirigeant paranoïaque

 

1) La méfiance excessive ou la grande suspicion:

  • Comment se manifeste-elle?
  • L’absence totale ou partielle de confiance à l’endroit de tout Etat dès lors que l’on a des informations sur de probables alliances avec d’autres puissances, une probable extension de son territoire au-delà des frontières officielles, un probable soutien à une opposition politique intérieure, une différence idéologique, identitaire, un passé conflictuel, etc.
  • L’Autre est vu sous le prisme d’une altérité négative, menaçante…L’on perçoit, comprend autrui et interagit avec lui sur la base de la méfiance!
  • L’on est en confiance quand on est seul ou avec ceux que l’on domine. L’Altérité n’a pas de raison d’être. L’on est bien avec ceux qui ont la même idéologie, la même identité, et qui ont les mêmes ennemis que nous…On méprise alors ou combat l’Autre qui n’est pas comme nous et qui veut s’émanciper de notre domination!
  • Deux figures se dégagent: La phobie et les « isme »
  • européocentrisme, occidentalocentrisme, américanocentrisme, etc.
  • Sinophobie, francophobie, russophobie, américanophobie, etc.
  • Tous les Etats, grands ou petits sont-ils méfiants les uns envers les autres ? La méfiance qu’un Etat affiche varie-t-elle selon qu’il est proche d’une grande puissance impérialiste, une petite puissance alliée à un Etat ou un groupe d’Etats puissants ? Cette méfiance provient-elle de sa propre situation interne ou alors elle est inspirée de son environnement immédiat ou lointain ? La méfiance est-elle basée sur un passé mélancolique ou alors elle dépend du tempérament de l’homme au pouvoir ? La méfiance est-elle basée sur des représentations ou alors elle s’appuie sur des faits matériels palpables ? La méfiance est-elle limitée dans le temps ou alors elle est perpétuelle et caractéristique de la vie même de l’Etat ?

2) Les menaces ou les persécutions: Quelle est la nature des menaces dont peut avoir peur un Etat ? Les menaces varient-elles selon que l’on est une grande puissance ou un petit Etat ? Tous les Etats répondent-ils aux menaces de la même manière, c’est-à-dire utilisent-ils les mêmes outils pour la réponse aux menaces ? Deux catégories de menaces:

  • Menaces militaires : risques de conflits entre Etats= conflits interétatiques
  • Menaces non militaires: risques économiques, changements climatiques (dégradations environnementales, réchauffement climatique, raréfaction de l’eau potable, insuffisance des denrées et des ressources nécessaires au quotidien), conflits intercommunautaires, menaces sanitaires, attaques informatiques, attaques terroristes, délinquance et criminalité urbaine, crime organisé, trafic des personnes, faim, atteintes aux libertés individuelles et collectives, crise alimentaire, immigration massive…

3) Le caractère réel ou imaginaire des menaces: Quand devrait-on considérer une menace comme étant réelle ou simplement imaginaire ? Une menace imaginaire peut-elle devenir réelle et à quelle condition ? Un Etat peut-il faire face à la fois à des menaces réelles et des menaces imaginaires ? Qu’est-ce qui permet de dévoiler que la menace était réelle ou imaginaire ?

  • Menace imaginaire: Lorsqu’elle est fixée dans le discours politique sans preuve de matérialité et avec une faible probabilité de réalisation. C’est au-delà de la peur!
  • Le passage à l’imaginaire au réel: Le discours sur la sécurité peut produire de l’insécurité à travers des prophéties auto-réalisatrices, où les ennemis virtuels qu’il désigne réagissent à la stigmatisation et deviennent par moment bien réels?

4) Des délires cohérents et convaincants du parano: Qu’est-ce qu’un délire ? Comment s’exprime-t-il ? Qu’est-ce qui fait qu’un délire soit cohérent et convaincant ? Est-il facile de savoir qu’un acteur est entrain de délirer ? Le délire peut-il convaincre pendant longtemps ou il est limité dans le temps ? Tous les Etats ou les hommes au pouvoir délirent-ils à un moment donné ? Le peuple est-il emporté facilement dans le délire, si oui par quel mécanisme ?

Récit présentant les menaces imaginaires comme étant imminentes, et présentant son auteur comme victime d’un complot général devant porter atteinte à sa survie.

Tous les moyens de communication sont mis en œuvre, y compris à travers des manipulations grossières d’images et de sons présentant l’imminence d’une situation grave et l’urgence de mobiliser tous les moyens de violence institutionnelle adéquats, mise à contribution des entrepreneurs intellectuels, des réseaux culturels, des revues scientifiques, etc. : bandes sonores et photos satellites de Colin Powell au Conseil de Sécurité en février 2003 sur les activités nucléaires de Saddam Hussein

II/ La mise en pratique de la paranoïa

LES ETATS-UNIS

Protégés à l’est par l’Atlantique nord, à l’ouest par le Pacifique nord, au nord par le Canada qui n’a aucune expérience en matière d’agression internationale, et est classé parmi les Etats pacifiques, et au sud par le Mexique dont la puissance militaire est selon le Global Firepower classée 43e derrière la première puissance mondiale.

Mais les Etats-Unis mènent toutes les campagnes militaires extérieures que l’on connaît avec plus ou moins de succès depuis la campagne du Mexique de 1846, c’est près de 200 ans et près d’une centaine d’interventions extérieures

En 2019 les USA représentaient 38% des dépenses militaires mondiales avec un budget de défense de 732 milliards de dollars.

L’industrie de la défense et de la sécurité constitue le secteur le plus important de l’économie manufacturière des Etats-Unis.

Interventions militaires extérieures américaines

LA RUSSIE

Malgré le fait qu’elle soit entourée des « petits Etats » qui n’ont jamais porté atteinte à sa survie depuis la dislocation de l’URSS, la Russie se perçoit comme une forteresse assiégée:

a) Modernisation de  ses  forces  armées  après  la guerre russo-géorgienne d’août 2008

b) 2014: annexion de la Crimée

c) Programmation 2018-2027: production en série de matériels modernes éprouvés avec accent sur les technologies de rupture

d) Entretien d’un dispositif de défense multidirectionnel…

e) Intervention en Ukraine

USA/ RUSSIE/ OTAN/

Paranoïa de l’OTAN: Malgré une entente sécrète entre dirigeants américains et russes après la dislocation de l’URSS et la disparition du Pacte de Varsovie (1991), l’Alliance atlantique (et même l’Union européenne) a continué à s’étendre sur les territoires des ex-Républiques soviétiques et socialistes et sur la zone d’influence de la Russie. En 1999, la Hongrie, la Pologne et la République Tchèque sont les premiers Etats à rejoindre l’OTAN; en 2004 la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie; en 2009 l’Albanie et la Croatie, et en 2017 le Monténégro.

  • Mis à part la Slovénie, la Croatie et le Monténégro (nés de la dislocation de la Yougoslavie), tous ces nouveaux membres de l’OTAN étaient membres du Pacte de Varsovie dont la création en 1955 est motivée officiellement par l’adhésion de la République fédérale d’Allemagne (RFA) à l’OTAN, et donc de la peur de l’URSS de voir les Allemands de l’ouest augmenter leurs forces et l’attaquer un jour.
  • Réponse russe à la paranoïa occidentale: La Russie n’a cessé de reconstituer l’hégémonie de Moscou sur son « proche étranger », multipliant des tournées en Asie centrale, et se montrant sensible au discours de la renaissance de l’Union soviétique porté par des ultranationalistes russes: 2008: guerre russo-géorgienne; 2014: occupation de la Crimée ; 25 février 2022: occupation de l’Ukraine reconnaissance de l’indépendance des deux Républiques sécessionnistes ukrainiennes de Donetsk et Lougansk qui jouxtent le territoire russe.
  • La Russie pense qu’il faut mettre fin à la menace militaire qui pèse sur elle du fait de la présence de l’Alliance atlantique à ses portes. La Russie et l’Ukraine partagent une longue frontière de près de 1600 kilomètres avec une section continentale de 1576 km et une section contestée de 5 km (l’isthme de Perekop). L’Ukraine est la frontière occidentale de la Russie.
  • Historiquement c’est grâce au territoire ukrainien que la Russie a été sauvée pendant les première et deuxième guerres mondiales. C’est par l’ouest et donc par l’Ukraine que venait la menace et que celle-ci a été stoppée. Donc si l’Ukraine est aux mains de l’OTAN Moscou est à moins de 700 kilomètres des forces alliées.
  • Ceci fait de l’Ukraine, « pivot géopolitique », une zone de sécurité de la Russie ou un bouclier défensif qui par une présence éventuelle de l’OTAN sur ce territoire se sent encerclée par une alliance ennemie…

Observations:

1)Depuis la création de l’OTAN (1949) suite au blocus de Berlin pour stopper tout expansionnisme de l’URSS, la Russie ou l’URSS n’a jamais attaqué militairement un membre de l’OTAN, pourtant l’OTAN non seulement s’est maintenue malgré la disparition de l’URSS et du Pacte de Varsovie en 1991, en plus elle n’a cessé de s’étendre vers l’ancienne zone d’influence de la Russie: Les seuls incidents directs majeurs: Blocus de Berlin (1948), la crise de Berlin (58-61), la crise des missiles de Cuba (1962).

2) Depuis la création en 1955 du Pacte de Varsovie à la suite de l’adhésion de la RFA à l’OTAN, la RFA ou un Etat membre de l’OTAN n’a jamais attaqué directement l’URSS, et l’OTAN n’a jamais attaqué la Russie même via les nouveaux membres de l’Europe de l’Est ayant adhéré à l’OTAN. Mais la Russie considère l’Occident et l’OTAN comme une menace existentielle, et les anciens pays de l’URSS comme des colonies artificielles constituées pour préparer l’affaiblissement de la Russie. Conséquences: intervention en Géorgie (en faveur de l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie) annexion de la Crimée, et guerre en Ukraine.

3) Toute la politique et la philosophie de la dissuasion nucléaire sont basées sur la paranoïa: Tous les EDAN (USA, Russie, RU, France, Chine) et les ENDAN (Inde, Pakistan, Corée du nord, Israël…) ont développé l’arme nucléaire par peur excessive d’être attaqués par un autre Etat nucléaire, mais tous savent que cette arme n’est pas une arme d’emploi, c’est une arme de dissuasion, c’est-à-dire une arme défensive qui se fonde sur une crainte réciproque des conséquences liées à l’emploi en premier de l’arme nucléaire. C’est une arme de seconde frappe, c’est-à-dire de riposte en cas d’attaque nucléaire. Or personne aujourd’hui n’est prêt à prendre le risque d’en faire usage le premier, car il recevra autant de dégâts sinon plus qu’il en a causé chez son ennemi!

4) Dès 1960 la France s’engage officiellement dans l’aventure nucléaire et fait ses premiers essais à Reggane dans le désert algérien parce qu’elle avait une peur excessive d’être attaquée par une Etat nucléaire et doutait de la couverture nucléaire de l’OTAN: 62 ans après, aucune puissance nucléaire n’a attaqué la France pourtant elle maintient son arme nucléaire!

5) 2003: La Coalition anglo-américaine bombarde l’IRAK sous prétexte que Saddam Hussein développait des armes de destruction massive qui pouvaient être utilisées contre les Etats-Unis et ses alliés: Pourtant les inspecteurs de l’AIEA démontrent le contraire et l’IRAK n’a jamais attaqué les USA.

6) 2011: Le CSNU adopte la résolution 1973 contre le régime de Kadhafi au motif qu’il menaçait la paix et la sécurité internationale. Pourtant technique personne n’a pu démontrer comment il aurait attaqué la France ou les Etats-Unis et par quel moyen!

7) Les menaces répétées de destruction entre les USA de Donald Trump et la Corée du Nord de Kim Jong-un: techniquement l’on ne voit pas comment la Corée du Nord bombarderait les USA (+ de 10 000 k2 et 12h de vol), mis à part la menace qui pèse sur son alliée de Corée du Sud. Mais la Corée du Nord sait que si elle bombarde en premier Séoul elle recevra immédiatement la cobelligerance de Washington!

TROP DE BELLIGERANCES SUR LA BASE D’UNE SURESTIMATION DES

DANGERS DONT LA PROBABILITE DE REALISATION EST TRES FAIBLE!

Conclusion

  • Toutes les guerres sont-elles des guerres de paranoïa?
  • L’explication matérialiste et rationaliste des conflits et des guerres demeure pertinente à plusieurs égard car il y a des guerres d’occupation territoriale, les guerres de ressources, etc. Mais il faut rester très attentif au rôle que jouent les facteurs psychologiques dans la conflictualité internationale et qui poussent les dirigeants à surestimer les dangers dont la plupart peuvent être imaginaires.
  • Tous les grandes puissances détentrices de l’arme nucléaire sont-elles paranoïaques?
  • La politique de la dissuasion est une politique de peur excessive vis-à-vis des menaces imaginaires: les Etats nucléaires savent bien qu’aucun adversaire ne peut utiliser l’arme nucléaire, mais tous maintiennent le développement de cette arme et créent un dilemme de sécurité inutile dans les RI.
  • La peur excessive et la surestimation des menaces sont responsables d’une grande partie des instabilités internationales

Je vous remercie !


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. MEKA René dit :

    Nous ressortons enrichis au terme de cette présentation. Le Pr. Guy Mvelle s’affirme davantage comme un maître en Relations internationales au vu des variables immatérielles qu’il mobilise pour rendre compte des faits sociaux internationalisés.

  2. MEKA René dit :

    Nous en sommes sortis de la lecture de cette présentation enrichis. Le Pr. Mvelle, s’affirme davantage comme un maître en Relations internationales au vu de cette analyse alternative qu’il pose dans la lecture des faits internationaux. La variable immatérielle se confirme davantage comme une réalité inexorable dans les motivations décisionnelles des acteurs du système international.
    Ainsi, la panaroia peut-elle être par ailleurs considérée comme un instrument entre les mains du décideur, tant il est vrai que la menace est un moyen de légitimation de l’action politique?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search