2. Relations internationales et géopolitique

Axe 1 : GEOPOLITIQUE DE L’AFRIQUE

Cet axe vise à stimuler la réflexion sur la pensée géopolitique et à croiser les problématiques géopolitiques qui d’une part, menacent la stabilité du continent africain : nationalisme, fondamentalisme, terrorisme, tensions, conflits, menaces sécuritaires, etc; et d’autre part, influencent la conduite des États. Une et plurielle du point de vue géographique, culturel, historique, économique et sécuritaire, l’Afrique présente une configuration qui a des implications géopolitiques. Ainsi, toute réflexion géopolitique est d’abord une réflexion sur la puissance et sa matérialisation dans l’espace. Les réflexions sur la puissance sont multiples allant des questionnements sur les enjeux géopolitiques mondiaux qui informent sur la variabilité des configurations, des rapports de force dans l’espace ; jusqu’aux enjeux de pouvoirs locaux qui éclairent sur les rivalités opposant les acteurs à l’intérieur du territoire. Pour comprendre la stratégie des acteurs et leurs logiques, il faut s’intéresser à leurs modes d’action tels que la diplomatie dont l’issue vitale est la sécurité. L’un des aspects fondamentaux de la géopolitique, qu’elle partage avec la géostratégie et la géo-économie, est son approche multiscalaire sans pour autant sacrifier à son ancrage fondamental, celui des relations internationales, ainsi qu’à sa perspective synchronique et diachronique.

A) Géopolitique et enjeux de pouvoir internationaux et locaux en Afrique

La géopolitique se veut certes une réflexion sur la puissance, mais aussi un raisonnement sur la complexité des relations de puissance due à des rivalités de pouvoir pour le contrôle des territoires. Son succès est le signe d’une qualité scientifique des analyses et d’une grande attention portée sur les changements des niveaux d’analyse très vaste, régionaux, nationaux, internationaux, planétaires et locaux. Ces changements ont bien un objectif géopolitique : dresser un tableau des évolutions politiques et compétitions entre forces qui militent d’une part pour une approche géopolitique du local et d’autre part, pour le sens commun de la géopolitique comme géopolitique externe c’est-à-dire, des relations entre États et des conflits étatiques. Pour ceux qui l’utilisent, la géopolitique externe, synonyme d’international renvoie aux questions de conflits, diplomatiques, de frontières terrestres, maritimes et aériennes et la géopolitique interne à d’autres types de conflits, guerres civiles, guérillas, luttes politiques, ethniques ou religieuses , à des manifestations en général non violentes qui se déroulent à l’intérieur des frontières. Bien que « l’étanchéité » entre les réalités géopolitiques internationales et internes soit perméable en raison de l’influence réciproque entre les deux dynamiques, la distinction entre les deux phénomènes est fondamentale pour comprendre les interactions qui structurent le continent africain.

B) Géopolitique, sécurité et pratiques diplomatiques africaines

La géopolitique est restée durant de nombreuses années un impensé africain. Ce qui explique son caractère embryonnaire et sa démarche polymorphe sur le continent. Or l’on constate que malgré son statut épistémologique en construction, elle inspire des réflexions de qualité sur la sécurité et les pratiques diplomatiques. La géopolitique tel que traditionnellement définie ne se limite plus à l’étude des relations entre la géographie et la politique des États; elle consiste désormais en l’étude des relations entre la conduite d’une politique de puissance portée par un État ou un groupe d’acteurs et le cadre géographique sur lequel elle s’exerce. Elle étudie la dialectique entre le territoire et le pouvoir ou les moyens de pouvoir que sont par exemple, la sécurité et la diplomatie. Elle montre que les moyens de pouvoir sont un enjeu de la maîtrise du territoire, du déploiement de la puissance, des ressources vitales et de manœuvre de la puissance. L’analyse géopolitique, s’intéresse à la sécurité et à la diplomatie en que dimension fondamentale de la puissance. Car sans une meilleure compréhension des problèmes de sécurité, on ne peut définir et mettre en œuvre une stratégie cohérente d’objectifs et de moyens diplomatiques. L’intérêt de cette thématique est de présenter la géopolitique comme une sous-discipline au croisement d’approches d’analyse (géographie, relations internationales) et de centres d’intérêts scientifiques. Il convient alors de décrypter son objet principal, qui est la puissance inscrite dans les territoires, les conflits, les rivalités ou les échelles;  et de la confronter à des problématiques telles que la sécurité et la diplomatie qui sont sans doute des postulats qui peuvent mieux situer sur les enjeux géopolitiques contemporains à l’échelle du continent africain. 

C) La géo-économie et ses enjeux en Afrique

Cet axe interroge aussi la relation entre la situation économique et la situation géopolitique, c’est-à-dire celle de la géoéconomie ou de la géopolitique appliquée aux questions économiques. Plus que jamais, l’Afrique connait un changement d’attitudes de ses marchés, de ses économies et des stratégies des entreprises qui se déploient désormais non plus en rapport avec leur État d’origine, mais en fonction de leur capacité à l’échelle mondiale. La géoéconomie interroge ainsi les nouveaux liens entre la géographie, la géopolitique, l’économie et les nouvelles configurations de l’espace africain resté trop longtemps aux marges des enjeux stratégiques de la scène internationale. En effet, les mutations de l’ordre international ont eu des impacts profonds sur l’enjeu stratégique que représente l’économie au point de conduire les acteurs à reformuler leur stratégie de puissance économique, pour le contrôle des territoires qui sont d’une importance vitale pour la croissance des marchés. Cette reformulation qui n’intègre plus seulement les États entraîne une recomposition de la hiérarchie des espaces économiques en considérant les régions comme des pôles de croissance séparément des États. Ces dernières années, les concurrences économiques se sont densifiées en Afrique, la montée en puissance de certaines économies continentales et des pays émergents, la révolution des nouvelles technologies et la mondialisation sont les accélérateurs de cette géoéconomie aux allures de guerre économique. De fait, en tant que champ géoéconomique, l’Afrique invite à une réflexion sur  les enjeux économiques liés à la maîtrise la puissance économique et à la maîtrise de l’espace continental, de ses distances et points de passage.

Axe 2  : GESTION DES CONFLITS  ET MAINTIEN DE LA PAIX EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

Les stratégies de la paix sont toujours préférables à celle de la guerre. Elles ont comme finalités : empêcher les guerres, résoudre les conflits ou gérer celles qui perdurent. La fin de la guerre froide avait laissé espérer que les crises et les conflits disparaissent avec la disparition de l’opposition Est-Ouest. Tout au contraire, malgré la disparition des guerres majeures entre les États, ces crises et conflits se sont multipliés avec pour spécificités d’être davantage intra-étatiques et d’impliquer des acteurs non-étatiques (bande armée, groupe armé, groupe politico-militaire, entités étatiques auto-proclamées). La période contemporaine a mis en évidence de nouvelles formes de conflictualités (conflit de faible intensité, mais très meurtriers, motivations essentiellement identitaires et religieuses, mais rarement idéologiques, conflits alimentés par des économies de la guerre ou de prédation des ressources, conflits intra-étatiques qui mettent en scène des groupes peu organisés et mal contrôlés (guérillas, milices, groupes terroristes…) difficilement maîtrisables et géographiquement limités,  et de nouvelles formes de régulations des conflits, de maintien ou de préservation de la paix qui s’appuient sur des méthodes et des moyens de plus en plus complexes.  Il est donc inconcevable de traiter de nouvelles formes de conflictualités en Afrique sans évoquer les mécanismes de résolution des conflits, de maintien de la paix et leurs résultats variables en matière de préservation de la paix.

A) L’Afrique face au maintien de la paix

Dès le début des années 1990, les Nations Unies créent une série inédite « d’opérations de maintien de la paix » qui ont de multiples tâches (résolution, gestion, prévention des conflits). Ces initiatives qui sont des conséquences inhérentes de la fin de la Guerre froide correspondent à la volonté des Nations Unies de geler les situations conflictuelles. La fin de la Guerre Froide change inéluctablement la configuration du système international et les nouveaux conflits imposent la mise en place des mécanismes de résolution et de gestion des conflits nouveaux. Dans cette dynamique, les opérations de maintien de la paix connaîtront une évolution que ce soit sur le plan qualitatif ou qualitatif (multiplication des opérations de maintien de la paix, multiplication du budget des opérations de maintien de la paix (de 1991 à 1994, le budget passe de 600 millions à 3,6 milliards de dollars). Aussi imparfaites que soient ces initiatives, leur légitimité est irréfutable, car elles sont adossées sur la légalité universelle des Nations Unies. Les évolutions quantitatives constituent un défi pour le continent africain qui ne dispose pas de structures adéquates capables d’accueillir, d’accompagner et de contrôler ces opérations. Sur le plan qualitatif, on assiste à une évolution du cadre conceptuel des opérations de maintien de la paix. Au maintien de la paix traditionnel (centré sur la préservation du cesser le feu, l’observation du cesser le feu, l’interposition, l’intervention des militaires, civils et policiers) ou aux opérations de maintien de la paix de la première génération (1948-1989) s’ajoutent des opérations de consolidation de la paix, de prévention des conflits, de rétablissement de la paix, qui seront qualifiés de deuxième génération (1989-1993 : contrairement aux opérations de maintien de la paix de première génération destinées à geler les conflits sans participation au processus politique). Il s’agit là des missions aux volets de gestion des conflits. La troisième génération (1994) quant à elle, met un accent particulier sur l’imposition de la paix, la reconstruction par la promotion de la démocratisation et du développement. La dimension humanitaire qui convoque de plus en plus le recours à la force, à travers les notions de « droit d’assistance humanitaire » ou de « droit d’ingérence » prend également une place prépondérance dans ces opérations de maintien de la paix. Mais l’échec global de ces opérations de maintien de la paix en raison du manque de volonté des États africains, de l’incapacité des Nations Unies à gérer des opérations de grande envergure à caractère coercitif, de l’inadaptation des opérations de maintien de la paix aux situations de conflits et de l’absence de doctrine conduisent les États africains à privilégier une régionalisation du maintien de la paix. Ce repli suscite clairement un intérêt pour l’Afrique subsaharienne qui se distingue par l’Africanisation qu’elle fait des opérations de maintien de la paix, car le maintien de la paix présente au plan géographique des caractéristiques particulières

B) Résolution et prévention des conflits en Afrique

La résolution des conflits est un objet de réflexion essentiel des travaux de relations internationales relatifs à la gestion des conflits. Inspirée de la littérature sur la paix, elle est généralement perçue comme « l’application non coercitive des méthodes de négociation, de médiation, par des tiers partis, en vue de désamorcer l’antagonisme entre adversaires et favoriser entre eux une cessation durable de la violence ». Autrement dit, la résolution des conflits peut se faire par la voie de la médiation ou par celle de la négociation qui sont des démarches diplomatiques susceptibles de favoriser une atmosphère propice au dialogue. Le champ de la résolution des conflits en Afrique s’est structuré autour d’une hypothèse forte, celle de l’adaptation à la transformation des conflits armés. Les conflits bien que de différentes natures peuvent faire l’objet de régulation pacifique qui nécessite des mécanismes spécifiques de résolution des conflits. Résoudre un conflit signifie de manière générale, éradiquer la violence négative ou la « paix négative » et éliminer les sources de la violence structurelle et culturelle, c’est-à-dire réaliser les conditions d’une « paix positive ». De manière spécifique, résoudre un conflit, c’est gérer les effets de la violence d’un conflit en les contenants ou les atténuants, c’est trouver un accord entre les protagonistes qui mettra fin à la violence, c’est rendre inapte les causes profondes du caractère belligène et c’est transformer les conditions à l’origine du conflit en condition de paix durable. Dans le domaine de la recherche de la paix, la prévention des conflits est connexe à la résolution des conflits. Elle se distingue par sa propension à enrayer en amont, les risques des conflits ou les dignes de détérioration de l’Etat grâce à des stratégies et activités visant à créer à long terme, les conditions favorables à un environnement sécuritaire. L’opportunité de ce point de réflexion est donc de mener des études sur les processus de résolution politique des conflits en Afrique subsaharienne, permettant de sortir des conflits et d’établir la paix.

Axe 3 : AFRIQUE ET INTEGRATION REGIONALE

Cet axe s’intéresse aux processus d’intégration régionale, à partir de l’analyse de la progression des idées et les particularités d’intégration observées en Afrique. Conceptualisée à l’origine comme un phénomène international de l’économie de marché, l’intégration régionale apparait comme un transfert des mécanismes nationaux sur une échelle élargie. L’observation des faiblesses ou contradictions de ces processus d’intégration met en évidence la complexité du phénomène établie pourtant comme une ingénierie politique de développement des États. L’intégration régionale reste ainsi soumise aux contraintes qui pèsent sur les États, qui malgré leurs capacités unifiées, peinent à aboutir à un processus plus aboutie. Malgré son expérience en matière d’intégration régionale, l’Afrique est aujourd’hui en grande difficulté : ses économies restent  fragiles; sa gouvernance interne est confrontée à des barrières nationales; la concurrence d’autres régions internationales la fragilise davantage et l’ambition de sa consolidation se heurte à de nombreux obstacles. Cette problématique a pour conséquence, d’une part de susciter une réflexion sur les caractéristiques structurelles de l’intégration régionale ; et d’autre part, d’interroger les changements théoriques de cette intégration en Afrique dans les domaines tels que la coopération et le développement.

A) Les approches de l’intégration régionale en Afrique

 Les travaux sur les approches de l’intégration régionale en Afrique constituent un champ de recherche à part entière. On distingue ainsi l’approche théorique et conceptuelle, l’approche empirique et méthodologique de l’intégration régionale, l’approche disciplinaire; l’approche comparative et l’approche scalaire qui met en interaction les ensembles multiétatiques et les interactions transnationales. L’intégration régionale est un processus et non un phénomène statique symbolisé par la théorie des unions douanières. C’est une dynamique qui dessine en permanence les ensembles géographiques du continent. Parler d’intégration régionale, c’est donc mettre l’accent sur sa relation avec ses processus de régionalisme et de régionalisation et sur ses liens avec la mondialisation. Il y’a lieu de comprendre que les formes empiriques de l’intégration régionale sont extrêmement variées et qu’elles impliquent divers acteurs à différentes échelles (micro, méso ou macro). En cohérence avec ce postulat constructiviste,  nous pouvons dire que l’intégration régionale est un phénomène spatialement dynamique qui peut s’élargir et se rétracter. L’enjeu de ce domaine de recherche est donc de saisir le caractère dynamique de l’intégration régionale en Afrique, ses formes et ses enjeux sans cesse renouvelés.

B) Bilatéralisme, multilatéralisme et intégration régionale en Afrique

L’intégration régionale prend naissance dans les interactions bilatérales et multilatérales de coopération des États appartenant à un ou plusieurs ensembles géographiques. Cette thématique qui s’ouvre sur le bilatéralisme et le multilatéralisme régional, présente les deux concepts comme des options, c’est-à-dire des alternatives et même des contraires qui très souvent s’enchevêtrent pour produire l’intégration régionale. Objet de négociations, les enjeux de l’intégration régionale contribuent à mettre en avant ces formes de coopération comme des outils de l’action régionale. Au lieu de dépasser la souveraineté et la puissance, ils les aménagent de manière intergouvernementale dans l’intégration régionale.  Les recherches pourront ainsi mettre en lumière les différents rapports entre le bilatéralisme, le multilatéralisme et l’intégration régionale en Afrique et approfondir la définition de ces concepts dont les contours restent en débat. Il s’agit d’aller au-delà de la banalisation de ces formes de coopération pour débusquer leurs effets sur le processus d’intégration régionale. Il s’agit donc d’appréhender le bilatéralisme et le multilatéralisme des États africains comme les formes majeures d’actions internationales en matière d’intégration régionale. À travers le rôle essentiel de ces forces d’intégration, on voit se dessiner un processus construit sur une base contractuelle. L’un des débats majeurs à ce niveau porte en réalité sur les modalités de mise en œuvre de ce processus. Le bilatéralisme et le multilatéralisme ont leurs propres fonctions, leurs valeurs, leurs orientations et leurs principes qui se combinent avec le jeu diplomatique des États qui sans cesse enrichit l’intégration régionale. L’expérience africaine en matière d’intégration régionale est assez riche pour se laisser enfermer dans une logique moniste de la coopération. Les États ne souhaitent pas accepter un processus d’intégration régionale incompatible avec leurs intérêts. Malgré leur participation à l’intégration régionale, ils font la part des choses entre leur besoin de coopération internationale et  leur volonté de réduire leur dépendance. En conséquence, le multilatéralisme et le bilatéralisme apparaissent comme des formules propres pour satisfaire et équilibrer leurs intérêts.

C) Le financement de l’intégration régionale

Il est généralement admis que les financements constituent un déterminant important du succès ou de l’échec de l’intégration régionale. Cette thématique analyse ainsi comment la dimension financière est porteuse à la fois d’objectivité et de bénéfice pour ledit processus en Afrique. En effet, les besoins de financement et de réalisation des objectifs de solidarité des États africains restent immenses. Régulièrement, face à la crise financière, certains pays sont souvent tentés d’abandonner le processus d’intégration. La faiblesse ou l’irrégularité des financements ont toujours constitué l’une des causes majeures de l’échec du gradualisme de l’intégration régionale (zone d’échanges préférentiels, zone de libre-échange, l’Union douanière, le marché commun, l’Union économique, l’Union politique). La revitalisation de l’intégration réside donc dans l’amélioration des solutions de financement. Autrement dit, les avantages de l’intégration financière et économique ne résident pas seulement dans l’attractivité du volume des capitaux, mais aussi dans leurs effets sur le développement des États. Le principal mérite des institutions financières régionales est qu’elles encouragent les réformes juridiques et financières et le développement des infrastructures institutionnelles. Ce mérite rend compte de l’intérêt de cette thématique ainsi que des défis financiers liés à l’intégration régionale en Afrique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search