3. Politiques et actions publiques

Axe 1 :  AU CŒUR DE L’AGENDA POLITIQUE AU CAMEROUN. À QUELS SUJETS OU PROBLÈMES LES POUVOIRS PUBLICS ACCORDENT-ILS UNE SÉRIEUSE ATTENTION ?

En interrogeant les réflexions sur les politiques publiques au Cameroun, on ne peut s’empêcher de faire une remarque : les auteurs se sont principalement focalisés sur les institutions et les acteurs des politiques, mais beaucoup moins sur le contenu des politiques en question, notamment sur les enjeux auxquels sont confrontés acteurs et institutions. Quand bien même certains travaux portent sur les contenus de politiques publiques, ceux-ci sont abordés comme des générations spontanées ; les auteurs sont peu diserts sur l’accession à l’attention publique des problèmes ayant suscité ces politiques (Hilgartner et Bosk, 1988). Autrement dit, la littérature concernant l’agenda politique est au Cameroun particulièrement peu opulente. Pourtant, l’analyse des politiques publiques au Cameroun ne peut faire l’économie de la compréhension des processus de mise sur agenda des problèmes, c’est-à-dire la façon dont certaines questions en viennent à̀ requérir une intervention des autorités publiques.

La compréhension des processus de mise sur agenda ouvre d’une part la possibilité de renouveler quelque peu l’étude des organisations visant à influencer la décision politique et, d’autre part, de désenclaver un système politique camerounais trop souvent considéré autonome. La sélection des problèmes auxquels la société camerounaise accorde attention est le produit social de rapports de force mettant aux prises de très nombreux acteurs que l’analyse de l’agenda révèle bien : gouvernement, administrations, partis politiques, médias, groupes organisés, opinion publique réelle ou inventée, électorat, etc. (Garraud, 1990 : 27).

Le propos de cet axe thématique est précisément d’examiner les conditions dans lesquelles et les médiations par lesquelles se définissent et s’imposent aux autorités publiques des exigences d’action publique.

A ) Quand, pourquoi et par qui les questions de politique sont dans l’agenda politique ?

Il s’agit de questions récurrentes dans la littérature sur les politiques publiques et sur l’agenda politique. Pour bon nombre d’auteurs, les médias semblent exercer une influence clé sur la définition de l’agenda, bien que le public (collectivement considéré comme non-expert) ait également augmenté son influence, en particulier avec l’émergence d’Internet et des réseaux sociaux dans la plupart des pays. Enfin, on considère que les groupes de réflexion, collectivement des experts, ont également tendance à exercer une influence sur la définition de l’agenda pour certaines questions, souvent des questions socialement controversées et celles avec une incertitude scientifique. Il s’agit ici de ramener ce débat au terrain camerounais et de voir comment se construit l’agenda politique relativement à divers sujets, de voir le rôle et les déterminants de la participation de ces catégories d’acteurs à la fabrique de l’agenda politique.

B ) La mise sur agence comme enjeu politique au Cameroun

La mise sur agenda de certaines préoccupations correspond en réalité à la mise en politique desdites préoccupations. En effet, les épisodes de controverses ou de polémiques politiques autour des questions, les ruptures et les perturbations diverses du discours des tenants du pouvoir sont particulièrement intéressants pour saisir la mise à l’agenda comme enjeu politique. On pourrait donc travailler à scruter les jeux d’acteurs, les rapports de forces dans la mise sur agenda de certains problèmes au Cameroun (insécurité routière, exploitation forestière, exploitation minière, catastrophes diverses, questions sécuritaires, etc.).

C ) Dynamique d’agenda et changement politique

Le lien entre le changement d’agenda et le changement  politique est un thème central dans la littérature sur la dynamique de l’agenda dans les politiques publiques  Kingdon (1984) voit la montée (rapide) d’une question à l’ordre du jour comme déterminant crucial d’un changement radical de politique à travers l’ouverture d’une «fenêtre d’opportunité». À partir de leur modèle de l’« équilibre ponctué », Jones et Baumgartner (1991, 1993) tentent d’expliquer pourquoi les politiques publiques ont tendance à connaître de longues périodes de stabilité ponctuées de courtes périodes de changements radicaux. Il s’agit ici de stimuler une recherche qui s’inscrirait dans la logique de l’explication et la compréhension de la stabilité et les changements radicaux dans les politiques publiques au Cameroun.

Axe 2 : GOUVERNER LES RISQUES EN AFRIQUE

L’Afrique est perçue comme un continent qui est régulièrement et particulièrement exposé aux aléas dits naturels. Qu’il s’agisse de la sécheresse, d’inondations, de glissements de terrain et quelques fois d’éruptions volcaniques. Les pays du continent, devenus de véritables territoires de la vulnérabilité, semblent même voir la liste d’aléas auxquels ils sont exposés s’allonger continuellement, si on inclut les phénomènes récents en termes de santé comme le choléra et surtout la covid-19 qui ont déclenché des actions publiques hautement différenciées. La définition de ces phénomènes comme risques permet de les saisir comme objet de politiques publiques nationales et internationales. L’objectif de cet axe thématique est donc de comprendre comment se structurent les politiques de risques en Afrique en comparant les perceptions de risques à différentes échelles d’action (Borraz, 2008). En fonction de quelles configurations historiques, géographiques et politiques peut-on expliquer les différentes politiques publiques mises en œuvre en Afrique ? Comment s’organisent les échanges de savoirs, de pratiques et de professionnels à l’échelle nationale et internationale ? Les analyses envisagées s’articuleront autour des points suivants :

A) Configurations et transformations de la gouvernance des risques

Qui gouverne les risques ? Quels acteurs de politiques de risque peut-on identifier au niveau national ? Comment les structures de gouvernance évoluent-elles dans leurs relations et leurs structures en fonction des différentes temporalités (préparation aux désastres, gestion de crise, reconstruction, réhabilitation) ? Comment la gestion des risques modifie-t-elle les formes traditionnelles de gouvernement ? L’élargissement des compétences de l’État à la gestion des risques modifie-t-il la structure même de l’État en Afrique et les rapports qu’il entretient avec ses populations, comme Beck l’envisageait (U. Beck, 2001) ?

B) Perceptions des risques et mise en oeuvre des politiques de gestion des risques

Comment varient les perceptions des risques selon l’échelle d’action et la zone de mise en œuvre de politiques publiques ? Quelles contradictions peut-on identifier entre les acteurs nationaux, régionaux et internationaux en Afrique ?

C) Gouvernants et gouvernés pris dans le risque

Quels sont les publics (J. Dewey, 2012) visés par les politiques de gestion des risques ? En quoi ces politiques permettent-elles de (re)configurer les relations entre gouvernants et gouvernés ? A qui bénéficient ces politiques ? Comment les décisions en matière de gestion des risques sont-elles prises ? Comment les groupes objets des politiques de gestion des risques négocient-ils l’application de ces politiques ? Comment les gouvernés s’organisent-ils en réponse à ces politiques ? Quels sont les instruments de la gouvernance des risques (P. Lascoumes, 2005) ? Quels sont les savoirs et pratiques qui façonnent les politiques de gestion des risques ? Comment ces savoirs et pratiques circulent-ils entre les acteurs ? Comment ces outils participent-ils à la définition des relations entre les acteurs ? Que changent-ils dans les pratiques traditionnelles de gouvernance ?

D) Experts et gouvernement dans la gestion des risques

De quelle manière les scientifiques sont-ils intéressés par les problématiques de gestion de risques ? Quelles sont les questions auxquelles ils sont confrontés ? Comment la science est-elle produite en fonction des différentes temporalités de crise ?

Axe 3 : ANALYSER LES POLITIQUES DE SÉCURITÉ AU SEIN DES ÉTATS

La sécurité a fait irruption dans l’agenda politique, ainsi que dans le débat académique au Cameroun à l’occasion des crises successives liées au conflit de Bakassi, la montée de Boko Haram et le mouvement social actuel dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Mais au-delà de ces questions saillantes, existent des problèmes permanents de sécurité liés notamment aux multiples délinquances. Sécurité intérieure pour l’État, sécurité pour les enfants dans les quartiers, sécurité publique pour lutter contre la petite criminalité, agences de sécurité pour surveiller les domiciles privés et bâtiments publics, etc. La sécurité est partout…et les insécurités aussi. Dans le pays, la sécurité tend ainsi à devenir un paradigme, une lunette pour lire le monde. Elle s’impose comme une norme à atteindre. Elle est ce que les individus et les communautés sont en droit d’exiger de l’État, ce que celui-ci est en droit de défendre même au prix de mesures exceptionnelles.

La sécurité et l’insécurité ne sauraient d’ailleurs être séparées. Dès lors que l’on aborde la sécurité comme une appréciation de la « réalité » et non comme une donnée objective, on ne peut faire l’économie des processus d’(in)sécurisation. C’est la perspective retenue dans cet axe thématique dans lequel on entend analyser les politiques de sécurité au Cameroun.

Penser la sécurité suppose ainsi de réfléchir aux discours et pratiques qui (in)sécurisent, à l’identification et l’objectivation de menaces, aux représentations sociales de ces « menaces» et aux peurs collectives. Cela implique aussi de prendre en considération les mesures prises pour endiguer les « menaces » ou au mieux, gérer les risques. Finalement, penser la sécurité aujourd’hui, c’est aussi interroger notre rapport au monde, ébranler un paradigme émergeant, questionner une certaine ontologie.

Trois angles sont privilégiés pour aborder ce thème.

A) Penser la sécurité : les théories critiques pour étudier la sécurité au Cameroun

Il ne s’agit pas ici de rechercher une analyse exhaustive des approches critiques, mais plutôt de faire une analyse de la critique s’adressant à certains dispositifs de sécurité et de voir si cette critique est prédicable au Cameroun. Ce sera l’occasion de mieux envisager le concept de sécurité. Doit-on l’envisager au sens des internationalistes comme l’absence de menaces militaires et non militaires qui peuvent remettre en question les valeurs centrales d’une communauté ? Ou alors ne doit-on pas l’envisager dans la perspective de l’École de Copenhague qui nous invite à abandonner la vision étriquée de la sécurité offerte par les études de sécurité traditionnelles ? Ne doit-on pas, dès lors, prendre en compte les cinq domaines sécuritaires, le militaire, le politique, l’économique, le sociétal et l’environnemental ? Explicitement ou implicitement, ne devons-nous pas nous questionner à la fois sur le sens accordé à la sécurité dans chacun de ces champs ?

B) Analyse des processus d'(in)sécurisation et espaces (in)sécurisés au Cameroun

Il s’agit surtout de scruter les dynamiques d’insécurisation différentes (policière avec le crime, le terrorisme; militaire avec la subversion de l’ordre national ; économique avec la crise, le chômage, etc.) et de faire une cartographie des territoires (in)sécurisés au Cameroun en mettant en avant les enjeux de la sécurité et des processus d’insécurisation, les acteurs, leurs référentiels et ressources.

C) Dispositifs et instruments de l’action publique sécuritaire au Cameroun

On s’intéressera aux modalités d’énonciation de la sécurité, c’est-à-dire aux manières au travers desquelles se dit et s’écrit l’action publique sécuritaire au Cameroun. On questionnera ainsi les dispositifs et instruments de l’action publique sécuritaire en prenant en compte leurs caractéristiques sociales et techniques, en repérant les représentations et les significations dont ils sont porteurs et les types de rapports sociaux qu’ils promeuvent entre « la puissance publique » et « les destinataires ».

Axe 4 : LA MISE EN POLITIQUE DE L’EXTRACTIVISME AU CAMEROUN ET EN AFRIQUE : ÉCLAIRAGES PLURIDISCIPLINAIRES

Le terme « extractivisme » est un concept qui se fraye aujourd’hui un chemin non seulement dans les discours associatifs et engagés,  mais aussi dans les analyses scientifiques. Mais l’extrativisme n’est pas encore très courue dans la science politique. Il désigne un mode spécifique d’accumulation de richesses, reposant sur des activités qui extraient d’importantes quantités de ressources naturelles qui ne sont pas transformées (ou qui le sont faiblement) principalement destinées à l’export (Bednik, 2015, 2016 ; Acosta, 2013 ; Svampa, 2011). L’extractivisme concerne à la fois les minerais, le pétrole, les grands projets hydroélectriques, l’agriculture industrielle, les monocultures forestières, la pêche intensive, etc. L’appétit sans limite de la mégamachine productiviste a fait de l’extractivisme une activité coupée du réel et indifférente à ses effets destructeurs pour les peuples, la biodiversité et la sauvegarde du système Terre. L’originalité de cet axe thématique repose à la fois sur les thématiques privilégiées et sur l’interdisciplinarité de l’approche envisagée, qui incite au dialogue entre la science politique, la philosophie, la sociologie, la science économique, le droit, l’histoire, l’anthropologie et la géographie.

On analyse précisément la mise en politique de l’extractivisme au Cameroun et en Afrique centrale, notamment les conflits autour des grands projets d’extraction (Barka, 2019). Ce faisant, on cherche à croiser les temporalités et les échelles d’action des différents acteurs impliqués. L’axe thématique souhaite mettre en évidence un certain nombre de tensions qui existent entre urgence extractive (à visée de « développement ») et durabilité dans la mise en branle des politiques extractives, mais aussi la complexité des temporalités dont se réclament les acteurs, qui s’emboîtent, se contredisent parfois et peuvent être source de conflit.

A) Les ressources : lieux, objets, supports de conflits

Les gisements miniers, les cours d’eau, les forêts sont à la fois le cadre dans lequel se déploie un conflit et l’objet d’un conflit. Les ressources se prêtent à des instrumentalisations et servent de support pour mettre en scène des conflits dont les enjeux se situent parfois ailleurs. La manière dont une ressource exploitable peut être érigée en emblème d’une cause à défendre ; la place qui lui est accordée quand elle est le lieu d’un conflit ou la manière dont des mobilisations l’utilisent comme argument pour alimenter leur cause seront questionnées. Il s’agit d’envisager la place voire le rôle attribué à la ressource exploitable dans des mobilisations dont les enjeux sociaux, culturels, économiques ou politiques entrent en lien avec la présence de divers acteurs.

B) Conflits de droits d’usage et effets sur le milieu social d’extraction des ressources

Des études récentes montrent que les droits sur les forêts et autres milieux naturels sujets à l’exploitation sont, aujourd’hui, incertains, flous, et les nouveaux besoins économiques poussent à une clarification des prérogatives de chacun des acteurs. Dans cette entrée, on scrute les conflits d’exploitation ou d’extraction, en réalité des conflits d’usage, autour d’activités antagonistes et de querelles entre différents usagers qui défendent leur intérêt privé. On s’intéresse particulièrement aux plus retentissants et plus durs de ces conflits, ceux qui portent sur l’affrontement entre intérêts privés et intérêt général. Il est entendu que ces conflits impliquent une multitude de protagonistes, qui, de manière directe ou non, interviennent aussi dans la structuration des mobilisations : mines, cours d’eau, arbres, animaux, industriels, riverains des zones d’extraction, experts, journalistes ou anonymes peuvent ainsi se croiser, discuter, débattre. Comment ces différents acteurs se rencontrent-ils, se disputent-ils ? Les réflexions permettront de dresser un panorama des jeux d’alliances qui se déploient en filigrane du conflit. Comment intérêts privés/publics ou individuel/collectif s’y déploient-ils ?

C) Mise en scène et visibilité du conflit forestier

La conflictualité forestière peut se déployer sur une large échelle à travers une forte mobilisation qui trouve une large audience médiatique. Elle peut aussi rester plus localisée, voire tenir de l’acte de résistance isolé motivé par un engagement individuel. Au côté des manifestations visibles, il y a aussi des conflits discrets, perceptibles à travers des illégalismes qui interpellent la justice d’Etat ou des engagements individuels en faveur d’un mode de gestion atypique. L’exploration de cette entrée portera aussi bien sur l’analyse de mobilisations forestières menées dans le cadre de zones à défendre emblématiques ou à travers la suite donnée à des délits, mais aussi à leur diffusion, que ce soit à travers les médias, la littérature ou le cinéma.

D) Ce qu’extraire les ressources veut dire…

Les « nouvelles » régulations nationales et internationales d’extraction favorisent la transparence sur l’importance de la rente d’extraction, sur sa répartition et son affectation entre les acteurs de l’extraction, aux échelles internationales, régionales, nationales et locales. Au-delà des effets macroéconomiques sur les recettes budgétaires et les processus de désendettement, se pose la question de la diffusion de la valeur ajoutée dans l’économie à différentes échelles et des effets d’entraînement directs et indirects de l’activité d’extraction sur les autres secteurs des économies nationales, sur le financement des biens et services publics, sur l’environnement et la soutenabilité, et in fine sur le niveau de vie et les moyens d’existence des communautés locales. Les effets de ces « nouvelles » régulations pourront être détaillés dans des réflexions portant sur les points suivants : la complexité des régulations et de leur mise en œuvre ;  la transparence de la gestion des ressources entre les opérateurs et les gouvernements ; les effets directs et indirects de ces différents modes d’exploitation de la ressource sur les autres secteurs d’activité de l’économie ; les effets environnementaux des différents modes d’exploitation des ressources ; les effets des différents modes d’exploitation sur les niveau et mode de vie des populations ; l’évolution des fiscalités minière et forestière et du partage de la rente.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search