1. Socio-anthropologie politique

Axe 1: ÉTAT, GROUPES SOCIAUX ET DOMINATION POLITIQUE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

Cet axe met en débat les problématiques liées à la construction de l’ordre politique (Fukuyama, 2011) et aux interactions entre l’État, les formations politiques, les groupes sociaux et les individus (Chabal, 1986 ; Thomas, 2001). L’intérêt de la recherche est porté spécifiquement sur les processus de bureaucratisation afin de comprendre les dynamiques institutionnelles sur le continent (Hibou, 2013 ; Bierschenk et Olivier de Sardan, 2014). La recherche s’intéresse aussi à l’action collective et aux mobilisations socio-politiques depuis l’avènement de la démocratisation au tournant des années 1990 pour comprendre les processus de luttes politiques et d’émancipation citoyenne à l’œuvre (Mahmood Mamdani et Wamba-dia Wamba, 1995 ; Ellis et Van Kessel, 2009 ; Brandes et Engels, 2010 ; Siméant et al., 2011). En conséquence, un regard attentif est porté sur la manière dont, face à ces mobilisations très souvent contestataires, émerge un système de biopouvoir ou biopolitique (Foucault, 1979 ; Agamben, 1997 ;  Mbembe, 2003, 2019) qui trouve sa caution idéologique dans sa volonté de produire, de réguler, de rationaliser et de rendre efficace l’usage de la vie ou des forces vivantes dans la société qu’à maintenir les modalités plus traditionnelles de pouvoir légal, constitutionnel ou institutionnel (Barder et Debrix, 2009). 

A) Les dynamiques bureaucratiques

La bureaucratisation est un phénomène qui ne doit pas être compris comme une administration, un appareil hiérarchisé propre à l’État, une institution, une structure, mais comme un mode de fonctionnement par formalisation systématique, à travers l’usage de normes, de règles, de procédures et de codes (Hibou, 2013). Cette forme rationalisée de domination concerne à la fois l’État, Église, l’armée, le parti politique, l’entreprise, l’association, etc. (Weber, 1995 : 298).  Les recherches sur la bureaucratisation questionnent la manière dont les services publics, les associations locales et les organisations internationales créent et routinisent des pratiques bureaucratiques pour faire fonctionner leur projet social. L’approche par la bureaucratisation, en lien avec le contexte néolibéral, permet d’appréhender la capacité des acteurs à se créer des marges de manœuvre et des interstices pour atteindre des objectifs précis. Pour comprendre le quotidien des services publics, des collectivités territoriales et des associations locales, les chercheurs interrogent les pratiques bureaucratiques qui s’y développent et les imaginaires que ces pratiques génèrent chez les individus engagés dans ces processus d’invention du quotidien. Cette thématique invite aussi à une socio-anthropologie des écarts (Olivier de Sardan, 2017) pour mettre en tension les normes officielles et les normes pratiques qui structurent l’économie des échanges sociaux dans les espaces en cours de bureaucratisation.

B) Action collective et mobilisations politiques

Faire la socio-anthropologie politique des mobilisations contestataires, c’est ouvrir un espace de réflexion pour penser les stratégies et des formes d’actions concrètes utilisées par les mouvements sociaux pour défendre leurs revendications. Dans les sociétés démocratiques, il existe diverses formes d’actions que l’on peut classer allant de la négociation à la rupture, de discussions formelles avec les autorités jusqu’à des moyens beaucoup plus disruptifs en passant par des formes telles que la grève (Groux et Pernot, 2008), les manifestations (Fillieule et Tartakowsky, 2013), le boycott (Nyström et Vendramin, 2015), le sit-in, la pétition, etc. Qui plus est, l’ère numérique offre aux mouvements sociaux un nouveau répertoire d’action, un espace propice à une « énonciation du politique » (Bayart, 1985). Ce nouveau répertoire d’action, ce sont les réseaux sociaux qui abritent définitivement « l’e-rue », en tant qu’espace du politique numérique où se construisent des relations de dominations entre une pluralité d’acteurs (Gueorguieva et Krasteva, 2015). Les recherches développées sur cette thématique analysent les déterminants de l’action collective, les modes d’action et les logiques d’acteurs qui structurent les mobilisations, les contre-réactions de l’État contesté et les différentes contraintes qui pèsent sur l’agir ensemble.

C) Population, biopolitique et gouvernementalité

La gouvernementalité désigne les technologies de subjectivation déployées par les autorités politiques dans leur quête de domination et de contrôle sur les autres agents sociaux. Ce concept au cœur des travaux de Michel Foucault fait référence à la notion de « discipline » et à celle de « biopolitique ». Si à l’origine la biopolitique est utilisée pour désigner l’historicité des politiques de santé publique sur la longue durée, avec Norbert Elias, elle renvoie aux technologies mobilisées par l’Etat pour produire le contrôle social sur les individus et les populations (Bossy et Briatte, 2011). Ce contrôle social comprend ainsi l’ensemble des mécanismes par lesquels sont obtenues la soumission des individus et l’intégration sociale – derrière lesquels le pouvoir se profile certes toujours, mais à des degrés et selon des modalités variables. Il inclut à la fois la violence physique et la violence symbolique, l’assujettissement des corps et le contrôle des consciences, la répression et la manipulation, la contrainte et la persuasion, l’inculcation de valeurs et l’imposition de pratiques (Loschak, 1978). Les recherches développées sur cette thématique interrogent les formes contemporaines de la biopolitique et même de la nécropolitique (Mbembe, 2019), les manifestations de la société disciplinaire, la surveillance de masse au moyen des nouvelles technologies et les expressions du brutalisme (Mbembe, 2020). L’intérêt de la recherche porte aussi sur les histoires locales du contrôle social, les mécanismes de pacification des relations sociales, les modalités populaires de l’insoumission, etc.

Axe 2 : MÉMOIRES, IDENTITÉS ET POLITIQUES D’AFFECTION EN AFRIQUE

Cet axe s’intéresse aux mémoires politiques en interrogeant comment la reconstruction des récits historiques influence les sociétés actuelles (Chrétien et Triaud, 1999 ; Cole, 2001 ; Mbembe, 2010). Il s’intéresse à la manière dont ces mémoires nourrissent les identités (race, ethnie, langue, genre, etc.) et entretiennent des rivalités pour le contrôle du pouvoir (Amselle, 1998 ; Amselle et Elikia M’Bokolo, 2005). La question des identités est au fondement des débats sur la construction de l’État-nation (unitaire, fédéral, régional, etc.) et sur l’utopie du vivre-ensemble que l’on retrouve dans des États multiethniques (Sindjoun, 1996 ; Konings et Nyamnjo, 2003 ; Mouiche, 2012 ; Machikou, 2018). Les réflexions sur le vivre-ensemble dépassent désormais la question des différences ethnico-religieuses pour recouvrir celle des identités de genre, du féminisme décolonial (Vergès, 2019), des sexualités diverses (Awondo, 2019). Ces débats sur les mémoires et les identités donnent lieu à une profusion d’affects de toutes sortes dont il est important de tenir compte dans l’analyse politique. La sociologie des affects informe ainsi du rôle de ceux-ci dans les interactions sociales (Sindjoun, 1998 ; Lordon, 2016).

A) Les mémoires coloniales et postcoloniales

La mémoire renvoie aux formes de la présence du passé qui assurent l’identité des groupes sociaux et de la nation. Elle est une économie générale et administration du passé dans le présent (Lavabre, 1998). Les débats sur les mémoires sont importants dans un contexte global où elles sont déterminants dans l’affirmation des identités (Rousso, 2016). Si les politiques de mémoire vont de « la commémoration active à l’oubli en passant par la nostalgie, la fiction, le refoulement, l’amnésie et la réappropriation, voire diverses formes d’instrumentation du passé dans les luttes sociales en cours ou, plus graves encore, à des fins de destruction du lien politique tout court » (Mbembe, 2006), elles contribuent aussi à la tolérance des individus et à la cohésion sociale (Gensburger et Lefranc, 2017). En questionnant cet objet, l’on s’intéresse à la manière les individus produisent des récits, des traditions et des histoires officielles pour s’affirmer dans l’espace public et construire la société. Comment par exemple penser le nationalisme en le situant dans le temps long des luttes anticoloniales et des rivalités hégémoniques sur la construction de l’État postcolonial ? Comment l’histoire politique façonne les comportements politiques chez les jeunes générations ? Quels sont aujourd’hui les lieux de mémoire et quels rapports entretiennent-ils avec le corps social et politique ?

B) Identités plurielles et processus de subjectivation

Si pendant des années, l’identité a largement été abordée à partir des réflexions sur la citoyenneté, l’ethnicité et l’autochtonie (Lonsdale, 1996 ; Geschiere et Nyamnjoh, 2001 ; Socpa, 2003 ; Banégas, 2010 ; Mouiche, 2000, 2012), l’on note cependant que les tensions sociales liées à la démocratisation informent de ce que ces réflexions sont loin d’être épuisés. L’Afrique connait un regain de tensions identitaires qui nécessite de nouvelles recherches sur ce phénomène dans un monde marqué par « la condition cosmopolite » (Agier, 2013). Il important d’approfondir les recherches sur l’identité et d’étendre la question identitaire à d’autres éléments d’identification tels que le genre en tant que construction sociale et culturelle qui informe sur les différences de sexes. Il s’agit de faire évoluer les débats sur les violences structurelles que subissent les vulnérables dans le patriarcat (et le paternalisme) pour engager des réflexions sur la subjectivation féminine (et juvénile) dans un contexte où s’observe des expériences d’émancipation redevables en partie aux mouvements féministes (et de jeunesse) (Eteki-Otabela, 1992 ; Mianda, 1997 ; Fatou Sow, 2012). Par ailleurs, il n’est plus question de faire l’économie des réflexions sur les diverses formes de sexualité au cœur des processus d’identification (Broqua, 2012 ; Awondo, 2019). Parfois considérés comme « l’expression de l’impérialisme idéologique et culturel de l’Occident visant à détruire les valeurs africaines » (Lado et Yao Gnabeli, 2019), les débats sur les identités sexuelles en Afrique sont souvent teintées d’émotions et montrent bien qu’il est important de prendre en compte cette question dans les réflexions sur le vivre ensemble et les droits humains. La question des identités est donc à articuler avec les processus de subjectivation collective ou individuelle pour analyser la manière dont les individus/groupes se définissent et agissent en fonction de la perception qu’ils ont de leur identité.

C) Les affects dans le champ politique

Si pour certains, les affects renvoient à des productions émotionnelles chargées d’irrationalité ou de violence (Heinich, 2010), pour d’autres, ils doivent être considérés comme des constructions sociales. Les affects réfèrent à un ensemble d’artefacts et de systèmes de représentation ayant une charge émotionnelle et dont la mobilisation produit des effets sur le réel (Lordon, 2016). Il s’agit là d’une vision holistique qui considère que les affects sont des produits des structures sociales présentant des analogies avec l’habitus (Bourdieu, 1986). Car une fois produits, les affects tantôt reproduisent les structures dont ils sont issus, tantôt les subvertissent. L’étude des affects souffre de la têtutesse du monisme explicatif et de la dichotomie conceptuelle qui tend toujours à les distinguer des idées. Béatrice Mabilon-Bonfils (2015) déconstruit cette opposition aux idées en considérant que même si le monde social est produit par des idées et que les affects relèvent de l’intime, de la passion, de l’émotion et de l’irrationnel ; il est aujourd’hui établi qu’une idée, même bien pensée, reste impuissante dans la production d’effets lorsqu’elle n’est pas chargée d’affects. C’est que les affects influent sur les idées qui affectent le réel et sont dotés d’intelligibilité à prendre en compte pour saisir le réel. Cette dimension stratégique projette un regard où l’affect devient une ressource politique mobilisable par les mouvements sociaux (Fillieule et Péchu, 1993). Cette problématique visent ainsi à analyser les processus de production des affects par les individus/groupes et leur mobilisation stratégique et symbolique dans le champ socio-politique.

Axe 3 : MONDIALISATION, CIRCULATION ET DIGITALISATION

La littérature sur la mondialisation aborde plusieurs aspects du phénomène : le moment historique de son émergence, ses caractéristiques majeures, ses valeurs, ses effets sur les sociétés humaines en lien avec l’anthropocène (Appadurai, 2001 ; Berger et Huntington, 2002 ; Steger 2003 ; Sassen, 2007 ; Sachs, 2020). Les recherches de cet axe visent à dépasser les débats en cours entre libéraux qui considèrent la mondialisation comme le triomphe du marché et de sa prétendue transparence (Edelman et Haugerud, 2005 ; Soederber et al., 2006) ; et les antimondialistes qui y voient une expérience d’aliénation et de dépossession, qui remet en cause les identités, produisent l’exclusion et la pauvreté sociales (Stiglitz, 2002 ; Mayer et Siméant, 2004; Senarclens et Kazancigil, 2007). Il est pertinent de s’intéresser à l’approche de la sociologie historique de l’État qui considère la mondialisation comme une expérience historique de subjectivation, c’est-à-dire de création de style de vie. La mondialisation doit ainsi être appréhendée comme une expérience historique de subjectivation, et en même temps comme une expérience de pouvoir et de violence politique (Bayart, 2004). Ces réflexions invitent à aborder les problématiques d’économie politique africaine; celles des mobilités et des circulations dans un contexte de reconfiguration des frontières et des lieux cosmopolites ; et celles des dynamiques numériques en lien avec le monde des objets connectés.

A) Économie politique africaine

S’inscrivant dans les travaux d’économie politique africaine (Bates, 1983 ; Olukoshi, 2002 ; Benno et al., 2007 ; Andreasson, 2010 ; Jacquemot, 2013 ; Falola et Achberger, 2015 ; Adebanwi, 2017 ; Langan, 2018), les recherches analysent globalement les trajectoires économiques du continent, les structures sociales, les problématiques liées à la population, la pauvreté, les inégalités, l’urbanisation et le monde rural. Il est important de voir comment dans un contexte global très concurrentiel, les économies s’organisent pour répondre aux défis sociaux sans cesse croissants : la monnaie, la main d’œuvre, les économies informelles et formelles, l’expropriation, l’endettement, la marginalité socio-économique, le poids du passé colonial et de l’apartheid, etc. Cela passe par l’analyse des problèmes, des processus, des agences et des dynamiques qui structurent l’économie politique de la vie quotidienne. Ces réflexions accordent une place aux problématiques de la planification économique en phase avec les Objectifs de développement durable (ODD). L’on questionne ainsi les « façons d’agir sur l’économie » qui mettent en lien les outils économiques et la quantification, les manières de penser la société et les interventions de l’État (Desrosières, 2000).

B) Mobilités, circulations et frontières

La mondialisation permet la compression du temps, de l’espace, l’accentuation des mobilités d’un continent à un autre, et dans un continent, d’un pays à un autre. « Les phénomènes de mobilité dessinent un monde à cartes multiples, tissé de lieux à la fois de destination et de transit, de carrefours, d’embranchements, de bifurcations et de culs-de-sac insoupçonnés, de murs et de barrages protéiformes, d’enclaves, de camps et de prisons. Quelles sont les nouvelles clôtures, enceintes, frontières ? Où se trouvent les nouveaux sanctuaires, les réserves ? Les nouveaux ordres spatiaux sont-ils seulement terrestres ? Où commencent-ils et/ou finissent-ils ? » (Mbembe, 2020 : 43). Les recherches sur cette thématique rediscutent des conditions sociales et politiques qui créent la mobilité ; les enjeux de la mobilité des individus et des groupes en lien avec les migrations ; les conséquences protéiformes de la mobilité sur les sociétés contemporaines, etc. La question migratoire à mettre ici en lien avec celle des frontières informe sur des cadres de régulation de la mobilité. Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ? Qu’est-ce que la frontiérisation ? Quelles sont les différentes formes de frontières qui parsèment les territoires ? Il apparait aujourd’hui, qu’il y’a une guerre pour le droit de circuler ou d’être mobile entre ceux qui sont peuvent être en mouvement et ceux qui ne le peuvent pas. Quelle connaissance avons-nous de cette guerre stratégiquement menée et qui remet en cause l’idée de mobilité, de circulation, de vitesse à l’ère de la circulation pour reprendre les propos d’Achille Mbembe ?

C) Dynamiques numériques en Afrique

La révolution numérique impose des défis auxquels le continent n’avait jamais été confronté. Cette révolution impacte significativement sur l’État et le monde de l’entreprise. Au sein des organisations, les fonctions supports connaissent une transition vers le tout digital. La généralisation des outils numériques, la transformations de modes de communication, la course vers une meilleure efficacité des processus, la demande des clients pour une individualisation de l’offre, les nouveaux produits qui doivent maintenant intégrer des services et non seulement des biens, la gestion en temps réel des données personnelles des consommateurs (Big Data), la communication immédiate et réactive imposée par les réseaux sociaux sont quelques-uns des enjeux de l’ère digitale (Étienne, 2017). Dans les milieux professionnels, la dynamique numérique est une opportunité de transformation des métiers, mais aussi une fenêtre d’opportunité pour la jeunesse entreprenante qui s’investit dans les start-up et le commerce en ligne. Sur le plan social, la prolifération des réseaux sociaux numériques participe de la création d’une Afrique virtuelle où sont exposées des réalités locales parfois remodelées pour produire du sens. Sur le plan politique, l’avènement du numérique permet d’une part l’émergence d’une cyber-contestation et d’autre part, la naissance d’un Etat pénal disposant d’instruments sophistiqués de surveillance de masse. Les recherches dans cette thématique s’intéressent particulièrement aux effets socio-politiques de la dynamique numérique sur le continent. Comment l’ère digitale influence-t-elle le processus de construction de l’État en Afrique ? Comment les individus et les groupes s’engagent-ils dans des dynamiques virtuelles et numériques pour se subjectiver ou se constituer en « sujet moral » ? Quels sont les enjeux du numérique dans un contexte de mondialisation ? Comment l’ère digitale reconfigure-t-elle les rapports sociaux et politiques sur le continent ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search